Dans le sud du Vietnam, au large du Mékong, impossible d'explorer le territoire sans apercevoir un chien traînant nonchalamment dans les rues, assis devant une maison ou allongé dans la cour d'un temple.

A première vue, ces discrets compagnons paraissent d'une banalité sans nom, un mélange de races indistinctes. Mais en y regardant de plus près, tous présentent des caractéristiques communes. Une petite taille, des oreilles pointues, une queue joliment enroulée, une robe marron qui se fonce sur le museau, mais, surtout, un étrange épis qui se dresse au centre de leur dos, parfois de la nuque jusqu’à la base de la queue.

Ce sont les chiens à crête de Phu Quoc, une des races les plus rares au monde et endémique à l'île de Phu Quoc, au sud ouest du Vietnam.

Leurs silhouettes sont omniprésentes, tels des fantômes hantant le territoire de leur fidélité sans faille, et font partie intégrante du paysage.